Appel: (+225) 22 41 34 48

Le Ministre de l'Information et de la Culture du Nigeria, Lai Mohammed, a profité d'un évènement en Chine pour présenter les ambitions du Nigeria en animation. Lors de son discours au 7ème Séminaire sur le Développement de la Télévision numérique en Afrique, organisé par le groupe StarTimes, il a avancé un plan de grande ampleur.

 Un secteur porteur, mais qui ne bénéficie pas au Nigeria et à l'Afrique
Au cours de sa présentation, il a évoqué les dernières tendances technologiques, et souligné que le marché de l'animation est particulièrement porteur avec l'essor de nouvelles plateformes de consommation de contenus.
Il a avancé que cette industrie et est devenue un pillier économique dans plusieurs pays avant de souligner que la co-production internationale a le vent en poupe.
Or, le Nigeria et plus globalement l'Afrique jouent un rôle mineur dans cette effervescence, au contraire d'autres acteurs comme l'Inde. D'où son objectif de faire évoluer la situation.

Un marché intérieur fort, mais une industrie de l'animation à créer
Le Ministre a souligné que le marché intérieur fort du Nigeria (environ 86 millions de nigérians connectés, 44 millions de foyers dotés d'une télévision). De quoi soutenir un futur secteur national.
Il n'a pas manqué également de rappeler que le marché du film nigérian, même s'il est méconnu en occident, est un acteur majeur en termes de contenus produits (Nollywood produit plus de 2000 films par an, ce qui le place derrière l'Inde et devant les USA). Les consommateurs et canaux de diffusion sont donc déjà là.
Néanmoins, le Nigeria et ses voisins africains font face à plusieurs obstacles, a poursuivi le ministre : manque de formation pour les artistes locaux, manque de financement, absence de partenariats (logiciels, matériels, production, etc). Enfin, une manque de volonté politique par le passé.

75 000 créatifs d'ici 2020 : une "armée de professionnels de l'animation"
Lai Mohammed a ensuite indiqué que le gouvernement actuel souhaite "former une armée de professionnels de l'animation", et soutenir ce secteur.
L'objectif : équiper environ 15 000 créatifs de tous corps de métiers (story, script, illustration, animation, post-production) d'ici la fin de l'année, et arriver à 75 000 d'ici fin 2020.
Ce coup d'accélérateur, selon lui, créera une offre à laquelle feront appel de nombreux secteurs locaux : cinéma, architecture, télévision, éducation, print, VFX, jeu... Outre, évidemment, l'animation proprement dite.

Place aux actes
L'objectif global est donc clair : insuffler un mouvement fort qui permettra de faire émerger une véritable industrie locale pérenne, soutenue par les besoins nigérians mais aussi internationaux, via des co-productions et partenariats.
Si ces annonces ont l'effet voulu et se concrétisent dans les années à venir, il est clair que le Nigeria pourra être un acteur important sur la scène internationale. Reste désormais à suivre l'avancée des nombreuses étapes nécessaires à l'émergence de cette industrie nigériane.

Source : 3dvf

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS

Votre contribution

Vous souhaitez apporter votre soutien aux projets d' Afrika Toon

Montant:

Personnages